2 - 30 décembre 2017

 

Agnès Paszek

 

 

Agnès Paszek Pour cette exposition à La Galerue, Agnès a choisi de présenter deux facettes de son travail. D’une part la photographie et d’autre part la singularité de ses productions plastiques. Ce mélange peut déconcerter et dérouter mais malgré une approche et des techniques très différentes, ces travaux se rejoignent dans la nécessité de la couleur, des textures et des matières. Ils sont le reflet de sa création plastique, avec sa diversité et ses contrastes. Elle aime ainsi dénicher, dans un cas comme dans l’autre, l’improbable éclat de beauté des petites choses, des riens, des restes qu’elle trouve dans son environnement.

 

Avec la photographie elle agit à la sauvage, sans sujet précis, sans préméditation, seulement à la recherche d’une vue, d’une forme, d’un objet qui attire son œil par une singularité chromatique, une géométrie étrange ou un matériau inattendu. Ce sont souvent des sujets très anodins que la prise de vue, de près, de plus loin, à bout de bras, par-dessous ou par-dessus, permet d’en modifier le sens. Elle propose donc une nouvelle lecture comme par accident en rassemblant par trois des clichés qu’elle a aussi sélectionné à l’instinct. Chacun y décèlera son propre paysage, s’inventera une histoire, se questionnera ou pas… 

 

 


 

Ses créations singulières sont dans une toute autre démarche. Plus longue, plus besogneuse, plus technique. Du temps en atelier pour mettre en scène des crânes, des os, des peaux d’animaux, des bouts de bois et de racines. Les parer dans une exubérance de couleurs, de laques, d’accumulations et leur donner un improbable artifice. Souligner la grâce qui se cache dans ces matières mortes et inertes et du coup aborder ce rapport à la mort, sans intention malveillante ou morbide. Elle vous embarque dans son monde et vous souhaite bon voyage…

 

 

Plus d’infos

 agnesp.eklablog.com

www.flickr.com/agnesp66

Facebook : Agnès Paszek Artiste